Tous les articles

Découverte du mois d’Avril : Anola le Mag

Grand froid, durable et cuisine... découverte de deux voyageurs passionnés

Ce mois-ci nous partons à la découverte du Canada avec Anola le Mag. Anne et Nicolas ont mis le cap sur le Canada il y a un an (presque jour pour jour).

Nous leur avons posé quelques questions curieuses.

1. Votre site est une jolie concoction de tout ce qui semble vous plaire- est ce comme cela que vous l’envisager ? La communication de votre passion est-elle essentielle pour vous ? Pourriez-vous voyager sans partager avec vos proches/ avec le monde?

L’idée de créer notre blog est totalement liée à notre volonté de partager. Nous l’avons créé peu de temps avant de partir au Canada en partageant des articles sur notre vie dans le Vercors et sur nos séjours en Europe. Le blog est un bon média pour parler de ce qu’on aime et de diffuser nos valeurs comme le slow travel, l’écologie ou nos engagements sociaux. Nous rentrons cet été mais le blog continuera à vivre, nous aurons toujours des choses à partager notamment des petits coins de France et d’Europe qui nous tiennent à coeur.

Même sans blog nous sommes toujours en train de parler ou d’échanger avec les personnes que nous rencontrons. Je crois que fondamentalement nous sommes deux grands bavards et deux passionnés. Alors quand on est lancé sur un sujet on peut y passer des heures. D’ailleurs, notre blog nous prend beaucoup de temps mais "c’est l’fun" comme on dit au Canada.

2. Vos photos sont poétiques et intenses à la fois et définissent votre univers- est-ce une passion de toujours ou la manière d’exprimer au mieux ces aventures extraordinaires que vous vivez ?

Alors ça, c’est vraiment un chouette compliment ! Je débute en photo et je n’avais jamais pris le temps avant le Canada de me mettre à fond dedans bien que l’envie était là. Il en va de même pour Nico qui fait de la vidéo, également très présente sur notre blog.

Avant de partir, nous baignions dans un univers artistique mais ni l’un ni l’autre n’était passé de spectateur à créateur. Dans notre désir de partage, nous avions la volonté d’explorer plusieurs formes de médias : l’écriture, la photo et la vidéo. Nous avons acheté notre premier matériel pour le Canada. Depuis un an que nous voyageons maintenant, la photo et la vidéo font intégralement parties de notre vie et nous continuerons même hors contexte de voyage. Plus récemment, j’ai commencé des carnets de voyage. Ils sont en ligne sur le site, un sur notre volontariat à Tofino et un autre sur une promenade à cheval cet hiver. J’en prépare un qui aura pour thème les montagnes de l’Ouest canadien.

Nous manquons de technique c’est indéniable mais nous sommes bercés par certaines influences de divers arts, Henri Verneuil, Clint Eastwood, Woody Allen, Martin Paar, Raymond Depardon, Sigur Ros ou moins connu Jenny Berkel et aussi nos amis artistes qu’ils soient graphistes, peintres, musiciens, metteurs en scène ou comédiens.

3. Quel est le projet voyage dont vous rêvez depuis très longtemps et n’avez jamais eu le temps ou les moyens de réaliser ?

Des projets de voyage, nous en avons plein la tête. Alors si nous devions répondre à cette question avec un seul projet, nous allons sans doute vous parlez des îles Kerguelen. Elles semblent si inaccessibles, seuls quelques scientifiques y vivent, l’homme ne cherche pas transformer l’île pour y vivre mais seulement l’étudier. Et puis je crois qu’on aime bien les animaux qui s’y trouvent : baleines, otaries, manchots et autres oiseaux de mers froides. L’idée d’une randonnée le long des falaises le visage fouetté par le vent avec des centaines d’oiseaux alentours, ça nous parle bien ! L’objectif ça serait même d’y aller complètement par bateau sans utiliser l’avion.

4. Le thème du ‘durable’ est important sur votre site. Quelle importance donnez-vous au durable dans votre vie de voyageurs ?

Dans notre vie de voyageurs ou non, le durable est intégré sans vraiment d’ailleurs s’en rendre compte. Durant notre voyage au Canada, nous avons surtout vécu ce côté durable par l’alimentation (manger local, éviter les viandes d’élevage intensif, les farines blanches), par nos volontariats dans des éco-lodges, par nos achats provenant souvent des magasins de seconde main ou de production canadienne. Nous avons même essayé de nous confectionner des mocassins et des moufles à partir de tissus de récupération. Le durable a été aussi important dans notre volonté de comprendre les enjeux de la société canadienne (le mouvement des Premières Nations Idle No More, des étudiants québécois ou des francophones) et des enjeux environnementaux du pays (le projet du pipeline au nord de la Colombie-Britannique, l’exploitation des sables bitumineux en Alberta).

Pour notre prochains voyages, on privilégiera le déplacement doux : partir de la maison en vélo puis aller effectuer un tour de la Mer du Nord ou du Royaume-Uni ou une traversée des Alpes à pied.

5. Il y a une section très sympa sur la cuisine. Question de Français … on mange comment au Canada ?

La gourmandise, c’est vraiment ce qui nous caractérise tous les deux donc parler cuisine ça peut prendre des heures. Comme souvent, le Français a toujours une appréhension pour les pays anglophones et nous les premiers avant de venir au Canada on était pas très sûrs de ce qu’on allait y trouver. Pourtant, nos liens avec le Royaume-Uni nous ont permis d’intégrer dans notre quotidien des habitudes comme le petit déjeuner salé, les carot cake ou d’autres plats que certains compatriotes n’hésiteraient pas à qualifier de "bizarreries".

En fait au Canada, on mange très bien. Comme partout, il faut sortir de ses références. Alors oui il y a des énormes pots de glace, des pizzas géantes mais on peut aussi trouver des saucisses d’orignal, des burgers de bisons, des confitures d’épilobes, du riz sauvage, du saumon sauvage. On ne peut pas vraiment parler de gastronomie canadienne, d’ailleurs les canadiens eux mêmes ont du mal à énumérer des spécialités de leur pays excepté la poutine. Pourtant, avec nos yeux extérieurs, nous avons pu observer bien des "spécialités canadiennes" : la crème glacée, l’épis de maïs au beurre, les burgers en tout genre, les influences de tout les immigrants (pirojkis ukrainiens, la saucisse mennonites, hagish écossais, cinnamon buns, soupe de pois, tarte au sucre etc) ou des première nations (bannocks, râgout de riz sauvage, viande et poisson séchés).

Rendez-vous sur leur site pour découvrir leurs aventures : http://anola-lemag.fr/ !

Carte