Tous les articles

10 conseils pour prendre l’avion avec un fauteuil roulant

Blandine est blogueuse Handivoyageuse. Dans cet article, elle partage avec vous ses conseils pour prendre l'avion en fauteuil roulant. Vous pouvez suivre ses voyages sur Facebook et Instagram.

Cette année, c’est décidé : vous partez en vacances en avion ! Mais si vous vous déplacez en fauteuil roulant, celui-ci fera évidemment partie du voyage… Et si c’est son premier vol, vous vous posez probablement quelques questions : « À quoi faut-il penser quand j’achète mes billets ? Comment se passe la prise en charge à l’aéroport ? Dois-je payer un supplément pour le transport de mon fauteuil roulant ? Comment éviter que celui-ci ne soit endommagé pendant le voyage ? ».

Voici 10 conseils pour que le baptême de l’air de votre fauteuil roulant se passe le plus sereinement possible !

Avant de réserver vos billets

1) Préférez les vols sans correspondances

Les vols directs sont parfois un peu plus chers, mais les correspondances augmentent le risque que votre fauteuil roulant soit malmené pendant son transfert d’un avion à un autre, voire même « oublié » dans l’aéroport de transit.

Trouvez un vol sans correspondance pas cher

Trouvez des vols sans correspondances pas chers

2) Si vous prévoyez de voyager seul, vérifiez que vous êtes dans les conditions pour pouvoir prendre l’avion sans accompagnateur

Généralement, une personne handicapée doit obligatoirement être accompagnée d’un adulte valide si elle se trouve dans un des cas suivants :

  • Si elle n’est pas capable d’attacher et de détacher sa ceinture sans assistance.
  • Si elle ne peut rejoindre la sortie de secours sans assistance en cas d’urgence.
  • Si elle ne peut récupérer et ajuster son gilet de sauvetage, ou enfiler un masque à oxygène sans assistance.
  • Si elle a besoin d’assistance aux toilettes, pour s’alimenter ou pour prendre des médicaments.
  • Si elle n’est pas capable de comprendre les instructions données par le personnel de bord.

3) Si vous voyagez avec un fauteuil roulant électrique, contactez la compagnie aérienne avant de réserver vos billets

Il est important de connaître les conditions de transport de ceux-ci (les fauteuils roulants manuels ne sont en général soumis à aucune restriction). Les dimensions maximales autorisées dépendent des dimensions des portes de la soute de l’avion. En ce qui concerne les batteries, la réglementation est stricte : seules les batteries sèches (ou en gel) sont autorisées sans conditions. Les batteries liquides sont interdites, à moins d’obtenir une autorisation spéciale. Les batteries lithium-ion (présentes dans la plupart des systèmes de motorisation de fauteuils manuels) ne sont autorisées que si leur capacité est inférieure à 300Wh et doivent être transportées en cabine.

Votre vol au meilleur prix

Pendant la réservation

4) Certaines compagnies proposent de réserver directement l’assistance pendant la procédure d’achats de vos billets

Celle-ci est bien sûr toujours gratuite. Pour les personnes en situation de handicap moteur, trois types d’assistance existent et sont identifiés par des codes internationaux :

  • Assistance jusqu’à / depuis la porte d’embarquement (WCHR). Pour les passagers ayant besoin d’un fauteuil roulant pour traverser l’aéroport, mais capables de monter les escaliers pour embarquer et de rejoindre leur siège sans assistance.
  • Assistance dans l’aéroport et pour monter/descendre les escaliers (WCHS). Pour les passagers ayant besoin d’assistance pour traverser l’aéroport et embarquer, mais capables de marcher à l’intérieur de l’avion pour rejoindre leur siège.
  • Assistance jusqu’au siège (WCHC). Pour les passagers ne pouvant pas marcher du tout, qui ont besoin d’assistance jusqu’à leur siège (le personnel n’a toutefois pas le droit de vous porter pendant le transfert). Si vous choisissez ce type d’assistance, le personnel utilisera une chaise de transfert à l’intérieur de l’avion, pour vous conduire à votre siège.

Après la réservation

5) Contactez votre compagnie aérienne au minimum 48h avant votre départ (pour éviter un stress de dernière minute, mieux vaut la contacter une semaine à l’avance)

Si vous ne l’avez pas renseigné lors de votre réservation, vous devrez indiquer de quel type d’assistance vous aurez besoin à l’aéroport. La compagnie vous demandera également des précisions sur votre fauteuil roulant : marque, modèle, poids, dimensions, type de batterie…

À savoir : le transport des équipements médicaux (dont font partie les fauteuils roulants) est toujours gratuit ! Même les compagnies low-cost, qui n’autorisent qu’un bagage en cabine, n’ont pas le droit de vous faire payer un supplément pour transporter votre fauteuil roulant en soute. Certaines compagnies, comme Air France, autorisent même le transport de deux aides à la mobilité (par exemple, un fauteuil manuel et un fauteuil électrique) par passager en situation de handicap.

Réservez un vol pas cher

Le jour du départ

fauteuil roulant à l'aéroport

6) Dès votre arrivée à l’aéroport, dirigez-vous vers le comptoir de votre compagnie aérienne pour procéder au check-in. Demandez toujours à garder votre propre fauteuil roulant jusqu’à la porte d’embarquement. Si la compagnie refuse (cela peut dépendre de la configuration de l’aéroport), votre fauteuil sera directement enregistré comme « bagage en soute », et vous serez accompagné par le personnel jusqu’à l’embarquement, installé dans un fauteuil roulant (peu confortable) de l’aéroport. Si votre avion n’est pas relié à la porte d’embarquement par une passerelle aéroportuaire, vous monterez dans un petit véhicule « spécial PMR » (photo ci-dessous), muni d’une plateforme élévatrice, qui vous amènera directement devant la porte de l’avion. Dans certains aéroports, les PMR qui ne peuvent monter les escaliers sont installées dans un siège spécial et portées jusqu’en haut des marches.

véhicule spécial PMR

7) Avant de dire au revoir à votre fauteuil roulant, pensez à retirer tous les éléments fragiles et facilement amovibles, et prenez-les avec vous en cabine : appuie-tête, coussin anti escarres, repose-pieds…

8) Si votre fauteuil est électrique, retirez le joystick

C’est un des éléments les plus fragiles (et les plus coûteux !), et le personnel risquerait de modifier les réglages par inadvertance. Expliquez au personnel comment mettre le fauteuil en « roue libre » (« free wheel » en anglais) pour pouvoir le pousser. L’idéal est de coller une feuille de papier explicative sur votre fauteuil.

9) Prenez quelques photos de votre fauteuil roulant juste avant l’embarquement

S’il est abîmé pendant le transport, vous pourrez ainsi prouver que les dommages n’étaient pas présents avant le voyage.

Trouvez un vol pas cher

À l’arrivée

10) Dès que vous récupérez votre fauteuil, inspectez-le sous tous les angles, et vérifiez que tout fonctionne parfaitement

Prenez le temps de tester les différents réglages mécaniques ou électriques (inclinaison du dossier, des repose-pieds, lift,…). Si vous constatez la moindre anomalie, signalez-la avant de quitter l’aéroport : un petit grincement peut vous paraître anodin sur le moment, et se transformer en panne totale le lendemain !

Si vous suivez tous ces conseils, votre voyage en avion devrait se passer comme sur des roulettes !

Inscrivez-vous pour recevoir nos promos par email

Carte